NOS ENCHANTEURS

Après « Mor » en 2017 dans son minimalisme noir, guitare piano et voix, Marcel Kanche nous présente ce nouvel album qui renoue avec son punk-rock intense, expérimental, à la croisée du jazz. Batterie profonde (Bruno Tocanne) rythmant les feulements de sa guitare,  trompette en liberté ( Fred Roudet), Marcel Kanche de sa voix rauque et chaude psalmodie ses mots, nous emmenant dans un voyage tout autant intérieur qu’ancré dans la mère nature. Ces poèmes – impressions écrits en haute Savoie, dans le Châblais ( Abondance, le Mont de Grange, Col de la Plagne, Cornette de Bise, Chemin Toper…), dans les vallées du Cher à la calme opulence, au pied des falaises dieppoises, ont été écrits  à quarante ans au gré de ses balades. Edités en 2005, perdus puis retrouvés au hasard d’un déménagement, il nous les restitue en musique, avec la complicité de son trio de musiciens (trois titres bénéficient de la guitare de Jef Morin),  brossant en touches impressionnistes paysages, sensations et sentiments. 
On peut penser à Bashung, Manset,  même Gainsbourg avec cette voix envoûtante, cette poésie exigeante aux mots qui valent autant pour leur son que leur sens, leur questionnement, leur ferveur …
Marcel Kanche est un créateur de rêves qui vous entraîne dans une symphonie d’un nouveau monde, éternel pourtant. Il faut s’y plonger dans un vertige étrangement rassurant…
Catherine Laugier