JAZZ RHONE - ALPES / Live

Tout l'art de Paul Motian : suggestion, liberté formelle,  écoute mutuelle
The art of Paul Motian : suggestion, formal freedom, mutual istening
 

"Bruno Tocanne a fait le pari courageux de reprendre en public son remarquable disque "In a suggestive way", enregistré en juin 2012 pour IMR aux États-Unis, et paru en décembre. Bruno Tocanne et Rémi Gaudillat se retrouvent entourés de Sophia Domancich au piano, et Daniel Erdmann au saxophone ténor. Bruno Tocanne dédie (il préfère ce mot à celui d' "hommage") ce travail à Paul Motian, décédé en novembre 2011 : "La disparition de Paul Motian m'a beaucoup touché... Beaucoup plus que ce à quoi je m'attendais. J'ai découvert que finalement, moi qui étais persuadé ne pas avoir de "maître" j'en avais bien un, et de taille ! Ses orientations musicales, son travail d'orfèvre, son art de la suggestion sont pour beaucoup dans ma manière d'aborder le jazz et les musiques improvisées, musiques que je n'aurais sans doute pas abordées avec autant d'enthousiasme sans l'apport d'artistes comme lui". Le quartet a interprété des pièces composées par Paul Motian, Rémi Gaudillat et Bruno Tocanne lui-même, en collaboration avec Sophia Domancich, pour le titre "Bruno Rubato". Tout l'art de Paul Motian a sous-tendu le propos des musiciens : la suggestion, au lieu de l'insistance qui confine trop souvent à la lourdeur dans ce type de musique, les talents de coloriste, si précieux chez un batteur, la liberté formelle, la palette des expressions de l'âme, et surtout l'écoute mutuelle, vertu supérieure. Bruno Tocanne se maintient constamment et avec précision sur le fil délicat du tempo intériorisé, ponctuant avec pertinence l'exposé des thèmes, puis suivant ou relançant le discours soudain libéré des improvisateurs.Daniel Erdmann, d'origine allemande, installé en France depuis une dizaine d'années, se revendique clairement du "Jazz expérimental". Il collabore à de multiples propositions audacieuses, avec Vincent Courtois ou Edouard Bineau par exemple, ou au sein du collectif DAS KAPITAL. Il perpétue l'héritage des grands partenaires de Paul Motian, Albert Ayler, ou Pharoah Sanders. Rémi Gaudillat, au-delà de ses qualités affirmées de compositeur, se joue des difficultés de la trompette et du bugle, pour évoquer d'autres musiciens fréquentés par Paul Motian tels que Don Cherry ou Lester Bowie (avec quelques échos évidents du "Liberation Music Orchestra" de Charlie Haden). En résumé, la plus belle leçon que ces musiciens peuvent nous donner est leur capacité à s'écouter et interagir, à l'instar de Paul Motian aux côtés de Bill Evans et Scott LaFaro..." Pierre SIGAUD JAZZ RHONE ALPES 01/2013