Le Chant des Possibles JAZZ A PARIS

Encore une écoute simple, unique, à la volée  pour cause d'instabilité géographique chronique. 
Alors seul le choc de l'instant pour ce "Chant des possibles" (quel titre ! )
Les talents d'écriture et d'improvisateur de Rémi Gaudillat ont pu être appréciés dans le récent CD de Bruno Tocanne "In a suggestive way".
Cette fois leader, Rémi Gaudillat a réuni un quartette ... à vents : trompette, bugle, tuba, trombone, clarinette basse : oui, certains jouent de plusieurs instruments; oui certains jouent d'un même instrument.
Des rôles de solistes qui s'échangent, se croisent. Une clarinette basse qui assure "sagement" une ligne de basse mais qui nous vrille plus loin de superbes sonorités quasi érotiques. Un trombone qui jette aux orties un rôle d'artisant du son pour des moments de divas aux intenses dérapages. Et que dire des trompettes et des bugles éclatants. 
Un quartette qui fait exploser les limites du quartette. Aussi inventif, déjanté et réjouissant que le trio "Journal Intime", peut-être l'écriture en plus.
Une superbe alchimie de timbres, qui perverti les conventions et qui vient chatouiller les commissures des lèvres pour le sourire du plaisir reconnaissant. 
Mais tout n'est pas que matières sonores et renouvellement des formes, les charmes mélodiques sont aussi partout présents. Des phrases qui nous retiennent, un imaginaire débordant aux couleurs irrisées, des souvenirs, des références bousculées. Et la poésie. Les titres bien sûr (Jeux d'ombres, Rien en face, Lune triste ... et les autres) et des instants d'atmosphères particulièrement délicats, des paysages qui s'entre-pénétrent, qui s'accrochent et se froissent parfois un peu. 
"La poésie est un privilège." (Yannis Livadas)
Un talent d'écriture très pointu et de larges espaces pour déployer l'inspiration de la bande des quatre, pour des moments ciselés de séduction. Une pure fête !
Un bel article, que j'aurais bien aimé avoir écrit, sur Soundcloud "Quatre souffleurs qui partent à la découverte du « chant » des possibles. ...