Maitre Chronique 03/2011

Un sentiment de profonde jubilation...

Un manifeste brûlant ! A deep sense of jubilation... A burning manifesto ! Un manifeste brûlant... qui regorge d’influences parfaitement assimilées... Il y a dans cette musique l’évidence cuivrée des hymnes du Liberation Music Orchestra de Charlie Haden, les fulgurances chaloupées d’un Ornette Coleman au temps de son double quartet Free Jazz, les déchirements d’un John Zorn mais aussi son naturel mélodique, les tentations bruitistes d’un Henry Cow, celui de Unrest par exemple, ou les scansions rageuses et électriques d’un King Crimson époque "Red"... Libre(s)ensemble est un disque goûteux, gorgé de sucs et de sève... une heure de pétulant fracas à s’en mettre plein les oreilles jusqu’à plus ouïe !... Une œuvre fascinante où tous les instruments sont à la fête et viennent marcher dans les pas d’Ornette Coleman ou John Zorn tant le groupe jubile de liberté explosive. Chacune des compositions réserve sa part de surprise, multiplie les expérimentations dans une vraie euphorie créative… L’essentiel est là, dans la densité du propos ; dans l’absence de caresse dans le sens du poil qui, de fait, se dresse souvent sur la peau ; dans le fait que pas un musicien se semble vouloir tirer la corde à lui ; dans la volonté d’avancer en toute ébullition ; dans la cohésion et la liberté de ce big band ébouriffé qui sont remarquables, au point qu’on aurait envie de le rebaptiser "Équilibre(s)ensemble". Quand j’écoute, ré-écoute et écoute encore ce disque, je me dis que tout n’est pas perdu... La marmite continue de bouillir, les ingrédients sont probablement plus nombreux qu’ils ne l’ont jamais été et la greffe depuis quelques années d’une belle branche rock sur l’arbre du jazz prend bien, ça commence à bourgeonner joyeusement..Précipitez-vous sur "Libre(s)ensemble" !.

Denis Desassis