SELECTION Maitre Chronique

Grands Formats 2015
Un résultat à la hauteur de nos espérances

Il faut être un peu fou pour avoir l’idée de revisiter un monument tel qu’Escalator Over The Hills, cet opéra programme signé Carla Bley et Paul Haines, qualifié par ses géniteurs de chronotransduction (sic). Cette œuvre, elle-même grand format (trois années d’enregistrement, un triple vinyle au bout du compte, une kyrielle de musiciens venus de tous horizons, des influences intercontinentales, …), reste une énigme aujourd’hui encore. Bien malin qui saura la définir et en dessiner les contours exacts. Il n’empêche que deux doux inconscients, j’ai nommé le batteur Bruno Tocanne et le contrebassiste Bernard Santracruz, ont décidé un beau jour de relever le défi d’une relecture en formation élargie. Ils sont neuf, ont rôdé le répertoire d’Over The Hills (tel est le nom de leur adaptation) à l’occasion de différentes résidences et de concert dont celui du Nevers Djazz Festival au mois d’octobre 2014 en présence de Carla Bley et Steve Swallow. Un parrainage en forme de bénédiction et, au bout du compte, un disque dont la réussite repose sur l’homogénéité d’une formation qui sait pouvoir compter sur la qualité des arrangements (entre rock et jazz) signés pour l’essentiel du trompettiste Rémi Gaudillat et du guitariste Alain Blesing. Et puis, comment ne pas souligner la présence extravagante d’un chanteur designer sonore nommé Antoine Läng. Le Suisse fait merveille et endosse tous les rôles possibles avec la démesure voulue par l’œuvre originelle. Tout près de lui, comme un contrepoint pacifique, la présence harmonique de Perrine Mansuy veille au grain. Over The Hills, un disque attendu depuis de longs mois, un résultat à la hauteur de nos espérances. C’est un peu le fil rouge de la chronique que je lui ai consacrée au moment de sa sortie sur le label IMR.
Denis Desassis Maitre Chronique 01/2016