MUSICOLOGIE.ORG

Sompteux - Somptuous 

Le duo Tocanne Gaudillat est souvent le noyau aventureux de relectures passionnantes, les poèmes de Neruda dans Canto de Multitudes [voir notre chronique], le « jazzpopéra » de Carla Bley Over The Hill [voir notre chronique],  avec le chanteur et claviériste Antoine Läng qu'on retrouve aussi sur ce nouveau projet. Un superbe hommage à Robert Wyatt et à son Rock Bottom de 1974, sur lequel s'est penché récemment un petit livre de la collection Discogonie [voir notre chronique]. Sea Song, la chanson d'ouverture de ce disque culte du rock progressif, sert donc de base au quatuor pour « songer » et improviser sur huit titres, avant de la reprendre en final. Donc pas de réinterprétation de l'album, mais réinvention de son esprit plus de quarante ans après, avec des compositions nouvelles des trois et de leur complice, la pianiste Sophia Domancich, aussi au Fender Rhodes.  Et des paroles de Marcel Kanche (Aimez-le, Nuit désarméesI Danced) et de John Greaves (Back Where We Began) - car Wyatt est autant chansonneur que musicien (batterie, percussions, claviers...) - qui fonctionnent parfaitement grâce à la voix ample d'Antoine Läng, parfois  électronifiée, mais toujours prenante , même dans le cri de la danse chamanique, en duo avec la batterie, juste avant le ressac, où les voix synthétisées,  puis la trompette, se superposent au piano préparé en longues vagues lentes et calmes. Les titres instrumentaux jouent sur l'homophonie et l'analogie musicale : C(arla) SongDu clair au sombreSea DanceRessac... De longues méditations marines où les claviers, les effets vocaux, la trompette, la batterie s'emballent, murmurent, fluent et refluent entre les plages chantées. Jusqu'à la somptueuse reprise finale.Un bel objet sonore de jazz progressif à découvrir en live" ALAIN LAMBERT