pochetteOTH300dpiELU.jpg
chocJazzMagazine.png

Enregistré en avril 2015 par - Recorded in April 2015 by Adrian Bourget / Studio l'ArtScène – Bourgoin Jallieu, France

imuZZic Libre(s) Ensemble

JEAN AUSSANAIRE soprano, tenor saxs
ALAIN BLESING el. guitar
RÉMI GAUDILLAT trumpet, flugelhorn
ANTOINE LÄNG vocal ,effects
PERRINE MANSUY piano
FRED ROUDET trumpet, flugelhorn
BERNARD SANTACRUZ double bass, el. bass
OLIVIER THÉMINES clarinets
BRUNO TOCANNE drums

Une création à  l'initiative de BRUNO TOCANNE et BERNARD SANTACRUZ, avec la complicité et les soutiens de  CARLA BLEY & STEVE SWALLOW "We listened to your wonderful version of «EOTH» and were amazed and delighted... It’s the perfect combination of old and new, control and abandon, realism and abstraction. Paul Haines would have loved it... Great !" CARLA BLEY

CHOC JAZZ MAGAZINE

Un disque qui laisse pantois ! Envoûtant

« ...Ni copie minutieusement gravée, ni débordement cherchant à transcender l’originelle partition, ce disque est singulier parce que nourri de souffles actuels, d’un enthousiasme effusif qui laisse tout simplement pantois. Cette chronotransduction revisitée, mot préféré par Carla Bley à celui d’Opéra, est une appropriation envoûtante et généreusement accomplie... » Guy Darol

ELU - CITIZEN JAZZ

Une musique superbement jouée avec coeur

« ...Dans le droit fil de ce qui m’était apparu à Nevers (…) cette reprise, relecture, comme on voudra, que cette belle musique en tous cas, jouée superbement et avec quel coeur, doit une grande part de sa splendeur à ce chanteur (…) qui se nomme Antoine Läng... Il fallait sacrément quelqu’un pour succéder à tous ceux qui se sont présentés devant les micros dans la version originale... On écoute ça tout de suite, les amis ». Philippe Méziat

JAZZ MAGAZINE (Live)

Rarissime... Emotion !
« Rarissime : la compositrice d’une oeuvre est présente lors de la reprise qu’en font neuf musiciens français un peu fous. Et elle vient sur scène à la fin pour saluer avec eux et les féliciter. Ça s’est passé hier soir à Nevers, aux alentours de 22 heures, quand Carla Bley est venue sur le plateau avec les protagonistes de « Over The Hills » qui venaient de reprendre à leur façon la matière musicale de « Escalator Over The Hill », l’opéra jazz que la blonde américaine avait produit et créé entre 1969 et 1972, dans des conditions un peu folles elles aussi. Émotion... Hier soir j’écoutais bien les musiciens qui, en direct et de merveilleuse façon, reprenaient à leur compte cette grand saga, mais en même temps j’entendais très clairement la version originale ! Alors de cette création je dirais seulement qu’elle m’a apporté ce bonheur encore une fois. Et puis juste une chose que je tiens à dire quand même : ils ont tous été formidables, mais mention spéciale à Antoine Läng, qui fait passer vers la fin le très grand frisson quand il vocalise le cri comme seul savait le faire Gato Barbieri lui-même » - Philippe Méziat, Nevers Djazz Festival

 

MEDIAPART
Une relecture aussi épatante que lorsque nous le découvrîmes
« ...Ils ont réussi à trouver un nouveau son d’ensemble, le leur, sans trahir les intentions originales... « Over The Hills » ressemble à un concentré de l’opéra,(une)sorte d’oratorio.. L’esprit est là, mais la lettre porte le cachet du jour. Les arrangements (…) reproduisent l’enthousiasme qui avait salué cette oeuvre maîtresse du XXe siècle. Ce nouvel album s’écoute sans fin, quasiment en boucle tant sa richesse est généreuse et les agapes partageuses. » Jean- Jacques Birgé


Un travail d’orfèvre... Riche, multiple, puissant. Pari réussi !
« ...Il convient de découvrir le fruit de ce travail d’orfèvres en concert (…) Le son d’ensemble s’avère riche, multiple, puissant ; les solutions musicales procèdent de choix toujours judicieux; enfin, l’enthousiasme et la générosité des musiciens (…) gagnent irrésistiblement le public. Pour le dire d’une formule, « Over the Hills » a gagné son pari parce que cette formation donne à entendre l’oeuvre originale autant qu’elle propose une oeuvre autre ! (…) L’attention des arrangeurs, puis du collectif face aux partitions proposées, s’est notamment portée sur la création d’un son d’orchestre, d’une pâte sonore propre à « Over the Hills », ce en quoi cette assemblée de personnalités-désirant-faire-orchestre a parfaitement réussi... »
Ludovic Florin (co-auteur du livre sur Carla Bley « L’Inattendu-e »), Festival Emergences - Tours

CULTURE JAZZ
A contre-courant de la standardisation ambiante...Fort seyant !
« ...La fraîcheur et la nouveauté sont là, coulant des pistons, glissant sur les cordes et rebondissant sur les peaux. Baroque n’roll comme au bon vieux temps, un peu foutraque et transgenre, ça gicle en soli deci-dela, ça saute et ça se regroupe, ça crie, ça rue et les brancards n’ont qu’à bien se tenir. En un mot, c’est dense, en une phrase, c’est du tout neuf au bon souvenir du caméléon psychédélique (…) Aujourd’hui, Bruno Tocanne et consorts balancent là-dessus un Ripolin flambant neuf et fort seyant... » Yves Dorison – A Vaulx Jazz Festival

ACTION JAZZ
La musique se révèle, neuve, belle et superbement arrangée !
« … Il n’est pas très étonnant qu’un musicien comme Bruno Tocanne, dont on connaît le vif esprit d’aventurier sonore et la curiosité insatiable (...), ait voulu construire une nouvelle aventure autour de cette oeuvre de Carla Bley. Quand on apprend que Bernard Santacruz et Alain Blesing en sont aussi à l’initiative, et que le projet a reçu la caution de Carla Bley et Steve Swallow, on ne se pose plus de question, on achète son ticket et on file au concert les yeux fermés... Dès les trois premiers thèmes (...) la musique se révèle, neuve, belle et superbement arrangée. On vivra cela tout au long du concert... Aucun « remake ». On sent que le collectif s’est approprié les thèmes pour en construire des histoires originales d’aujourd’hui, Carla Bley à celui d’Opéra, est une appropriation envoûtante et généreusement accomplie... » Guy Darol

JAZZAROUND (Belgique)
Une fenêtre jouissive sur près d’un demi-siècle de l’histoire musicale américaine
« ..La justesse des arrangements (...) se mesure au son d’orchestre si particulier dont les facettes émergent, petit à petit, à chaque nouvelle écoute (...) Dans l’ensemble, les parties écrites, dominées par une nonchalance feinte, révèlent un climat qui rappelle le cabaret théâtre. Bien entendu, les arrangements ouvrent aussi l’espace aux envolées libertaires... Et, sur plusieurs titres, quand le thème émerge du chaos, l’orchestre flirte avec la volupté ! Si la mise en place des instruments à vent rappelle les sonorités du Liberation Music Orchestra de Charlie Haden, sur « Businessmen », l’ensemble atteint une intensité dramatique émouvante grâce à la voix d’Antoine Läng. Qu’il narre, chante ou crie, Läng impressionne par cette énergie brute, tantôt retenue, tantôt débridée, surtout en dissonance avec l’orchestre, mais aussi à l’unisson, comme s’il s’agissait d’un instrument à vent surnuméraire... Cet « Over The Hills » là donne plus qu’une nouvelle vie à EOTH, il propose rien de moins qu’une fenêtre jouissive sur près d’un demi-siècle de l’histoire musicale américaine... » Philippe Schoonbrood

LES DERNIERES NOUVELLES DU JAZZ
Totalement conquis par cette relecture amoureusement libre
« ...A l’écoute de ce disque, on ne peut que souscrire au jugement enthousiaste de sa compositrice... Tout est là : la cérémonie des fanfares, mystérieuse, mélancolique ou enjouée; l’énergie héritée du free jazz, canalisée par une ambition esthétique aboutie; un esprit de fête et d’apocalypse tout à la fois; une folle liberté des solistes, tous impeccables; et un esprit collectif comme l’on en voit rarement. L’auditeur passionné que je fus de la version originale est totalement conquis par cette relecture amoureusement libre. Carla Bley a toutes les rasions du monde d’être

comblée par le travail de ces doux énergumènes ! » Xavier Prévost

TOMAJAZZ (Espagne)
¡chapeau! para Bruno Tocanne y Bernard Santacruz, impulsores del proyecto
« Escalator Over The Hill de Carla Bley y Paul Haines es una de las grandes obras del jazz no sólo de la década de los años 70 del siglo XX, sino de toda la historia del jazz. Esta es una ópera jazzística que en forma de LP triple recogía una multitud de influencias estilísticas (no únicamente jazzísticas), desarrolladas a lo largo de unas composiciones que son un prodigio de creatividad. Su música es el punto de partida de Over The Hills, desarrollado por el noneto francés imuZZic Grand(s) Ensemble, labor para la que han contado con la ayuda, autorización y soporte de la mismísima Carla Bley, Steve Swallow y Karen Mantler. … Una puesta al día de una parte de las composiciones originales, manteniendo la complejidad que poseían inicialmente por una parte, pero adaptando por otra parte su repertorio al formato de un concierto al uso. El resultado es de ¡chapeau! para Bruno Tocanne y Bernard Santacruz, impulsores del proyecto. » Pachi Tapiz

 

MAITRE CHRONIQUE
Avec toute la démesure et la diversité de l’oeuvre originelle
« N’y allons pas par quatre chemins : avec la publication d’Over The Hills, Bruno Tocanne, Bernard Santacruz et leurs sept camarades ont frappé un grand coup... Bruno Tocanne et Bernard Santacruz ne sont pas de ceux qui renoncent facilement. Ils ont constitué un équipage capable de relever le défi d’une telle traversée... C’est une re-création. L’esprit est là, avec toute la démesure et la diversité de l’oeuvre originelle ; la musique est à tout moment identifiable mais elle est ici servie par un groupe dont la solidarité et la cohésion claquent comme un drapeau au vent et fécondent une oeuvre nouvelle. Il y a là à l’évidence un son « Over The Hills », ample et généreux … » Denis Desassis

 

CULTURE JAZZ
A suivre sans hésiter
« Le projet semblait un peu fou. Il suffisait simplement de beaucoup de passion et d’une bonne dose d’audace et de courage de la part de Bruno Tocanne et de ses amis pour monter un orchestre qui puisse faire renaître le mythique opéra-jazz de Carla Bley et Paul Haynes : EOTH (...), aussi mythique que pourrait être le « Tommy » des Who dans le domaine de la rock-music. La réussite est là, saluée par Carla Bley, elle même, qui a écouté et commenté le disque admirablement, très récemment (…) Les bonnes idées ne sont pas si fréquentes : suivez celle-ci sans hésiter ! » Thierry Giard