JAZZ A BABORD

Une suite musicale abstraite et… intersidérante !

Un peu comme dans le « journal d’un usager de l’espace », le trio explore son cosmos : quatre espaces vus sous onze angles différents… Pour illustrer leur quête, Bopp, Frébœuf et Lasserre ont choisi une photographie de Pierre Duffour prise dans le parc de Kronvalda, à Riga, et qui met en scène Sam, un singe dans une combinaison d’astronaute. Cette sculpture de douze mètres signée Denis Prasolov est un hommage à tous les animaux morts dans les vols spatiaux... Devant cet anthropomorphisme visuel, impossible de ne pas penser à La Planète des singes, film réalisé par Franklin Schaffner en 1968. D’ailleurs, sa bande-son composée par Jerry Goldsmith – générique, final, « Diamant Noir », « La zone interdite »… – est assez proche de l’esprit d’Espèces d’espaces.

 

La construction d’Espèces d’espaces s’apparente évidemment à celle d’une suite. Dans les trois premiers mouvements – « Multiple », « Elargi » et « Irisé » – trombone, piano et percussions rivalisent de bourdonnements, craquements, vibrations, crépitements, rugissements, grincements, pétarades, roulements et autres souffles. Ces interactions bruitistes, ça-et-là, parsemées de motifs esquissés ou de vocalises éthérées, évoquent la science-fiction avec, parfois, une touche méditative. Dans Espace II, entre « Fragmenté » et « Immersif », toujours marqués par des assemblages de bruitages entre faune marine et résonance spatiale, « Pressurisé » s’inscrit dans une lignée free jazz : démarrage abrupt en opposition, puis trilogue sous forme de phrases heurtées du piano, caquètements vifs du trombone et foisonnement de la batterie. Avec ses échanges percussifs, ses questions-réponses imprévues et ses strates sonores intenses, le troisième espace - « Lointain », « Euclidien », « Intersideral » - rappelle encore davantage la musique contemporaine. Quant à « Supendu » et « Horizontal », qui forment le quatrième espace et concluent le disque, ils hésitent entre le gamelan et les mystères de l’univers...

 

Amas de matières rythmiques et sonores en mouvements, Espèces d’espaces est une suite musicale abstraite et… intersidérante !

Bob Hatteau